• LinkedIn Social Icône
logo pole dream.png
logo-ADOPTA.png
Wendy ARNOULD
Chef de projets Gestion
Intégrée des Eaux Pluviales
Pôle DREAM Eau & Milieux 
9 avenue Buffon 
45063 ORLEANS Cedex 2
wendy.arnould@poledream.org
07.85.01.34.85
Orléans Métropole.jpeg
LOGO_AELB_CAS1_Q.gif

© 2023 by Landsacpe Gardner. Proudly created with Wix.com

Techniques de surface

 
Les techniques situées en surface sont très souvent des ouvrages végétalisés. Ils participent à l'embellissement de la ville et surtout à ne pas imperméabiliser les espaces.
Ceux qui ne sont pas végétalisés (tels que les revêtements drainants par exemple) participent aussi au grand cycle de l'eau en laissant l'eau s'infiltrer par leur structure. Ces types d'ouvrages permettent aussi de faire diminuer les effets d'îlots de chaleur urbains.
 
On privilégiera les ouvrages multifonctionnels avec une fonction hydraulique en temps de pluie et une toute autre fonction en temps sec (esthétique, aménité, espaces verts, etc.)

Jardins de pluie 

 
Définition :
Les jardins de pluie sont des dépressions plantées ou jardins en creux souvent déclinés à l’échelle d’un aménagement. Ils permettent de maîtriser le ruissellement par la rétention temporaire des eaux pluviales, mais aussi leur infiltration et leur évaporation. Les temps de séjour des eaux de ruissellement sont courts. Leur forme est relativement libre. 
Les jardins de pluie sont des ouvrages anglophones (rain garden de leur premier nom) plutôt développés en Australie ou en Angleterre notamment.
Ce sont des ouvrages qui peuvent être situés sur une surface de pleine terre, près de bâtiments, près des voiries, etc. Leur fonction est esthétique mais aussi hydraulique. Il faudra veiller à ce que le choix des plantes soit réfléchi et adapté aux conditions de mise en eau de l'ouvrage de façon irrégulière. 
Les jardins de pluie font partie de la grande catégorie des espaces végétalisés infiltrant de pleine terre et doivent :
  • Gérer l’eau pluviale de manière localisée, économe, et le plus possible indépendante des réseaux enterrés,

  • Donner de la visibilité au cycle naturel de l’eau dans une approche pédagogique,

  • Favoriser la biodiversité dans les espaces urbanisés ;

  • Retrouver un cadre de vie convivial et structurant en associant eau et végétal.

Finalement, un jardin de pluie peut prendre la forme d’une noue végétalisée, un fossé végétalisé, un bassin en eau, un bassin sec, etc.

 
Selon ce document réalisé par N. DUNETT et A CLAYDEN, les jardins de pluie permettent d’infiltrer 30 % d’eau supplémentaires par rapport à une pelouse traditionnelle.

Selon une étude canadienne, à Burnsville aux Etats-Unis, des jardins de pluie expérimentaux ont été aménagés dans un quartier résidentiel afin de comparer l’impact du ruissellement avec un quartier similaire sans jardin pluvial. Le volume des eaux de ruissellement du quartier qui abritait les jardins de pluie s’est avéré de 90 % inférieur à celui de l’autre quartier.

Localisation : parcs, ZAC, à l'échelle de la parcelle, espaces publics, places publiques, espaces verts, etc.
Type de fonction hydraulique : rétention, infiltration 
Autre(s) fonction(s) : esthétique et aspect paysager, biodiversité, abattement de la pollution chronique, réduction d'îlots de chaleur urbain, etc.

Échelles d'eau

 
Définition :
Les échelles d’eau sont composées de modules plastiques à parois clipsables qui permettent de stocker et infiltrer les eaux de ruissellement issues des surfaces imperméabilisées de la parcelle (maison individuelle, lotissements, macro-lots, …). Cela permet de gérer les eaux pluviales à la parcelle et ce, même sur des espaces étroits, chez le particulier comme sur l'espace public. 
Cet outil permet à la fois de gérer les eaux pluviales et de les stocker tout en ayant une fonction d'embellissement par les plantations. 
Les modules se posent en enfilade, bout à bout soit sur le même nivelé de terrain, soit en cascade. 
Localisation : à l'échelle de la parcelle, maison individuelle, lotissements, macro-lots, etc. 
 
Type de fonction hydraulique : rétention, infiltration 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, espaces verts, etc.
Volume de stockage des modules : 0,25 m³

Toiture végétalisée

 
Définition :
​Toiture recouverte de diverses couches nécessaires au développement de végétaux et l'étanchéité de la structure. Ce sont des toitures qui répondent aux objectifs suivants : 
  • Agrément,
  • Isolation, 
  • Rétention (laminage des débits), 
  • Evapotranspiration. 
Parmi les toitures terrasses, on distingue les toitures stockantes strictes (possédant une simple étanchéité ou une couche de gravier), des toitures végétalisées.
Les toitures végétalisées ont plusieurs types de végétalisations possibles : 
  • Intensive : épaisseur du substrat >30 cm, végétalisation du gazon aux arbustes et arbres,
  • Semi-intensive : épaisseur du substrat < 30 cm, végétalisation de vivaces aux petits arbustes,
  • Extensive : épaisseur du substrat < 8 cm, végétalisation de de mousse, sédum et graminée.
 
Les toitures stockantes sont des techniques dites de micro-stockage temporaire d’eau sur des toits le plus souvent plats ou présentant une pente comprise entre 0,1 % et 5 %. 
Localisation : sur les toitures des bâtiments qui s'y prêtent (privés comme publics)
Type de fonction hydraulique : rétention, infiltration 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, espaces verts, isolant, réduction des effets des îlots de chaleur urbain, abattement de la pollution chronique, etc.

Revêtements perméables (dalles, pavés poreux, béton poreux, résine de béton poreux, etc.)

 
Définition :
Par revêtements perméables, on entend les pavés poreux ou non poreux, les dalles alvéolées engazonnées, et pavées, ou encore les bétons drainants ou les bétons de résines drainantes.
Ce sont des produits utilisés comme revêtement de surface perméable au niveau de parkings, entrées de garage, allées piétonnes, etc.
Certains fabricants ont développé des supports colorés qui s'intègrent dans le paysage. Il existe actuellement un panel très large de revêtements perméables qui sont accessibles aux PMR et qui répondent aux mêmes contraintes que les revêtements classiques.
Localisation: dans les parkings en zone privées et publiques 
 
Type de fonction hydraulique : infiltration 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, espaces verts, chemin, parking, réduction d'îlots de chaleur urbains, etc.
Pour plus de détails sur chacune des techniques : dalles pavées, pavés poreux, dalles engazonnées, mélange terre-pierre, etc. Suivez-ce lien 

Noues

 
Définition :
Espace vert présentant une légère dépression et pouvant être aménagé paysagèrement. Il s'agit de la technique alternative la plus simple, la plus facile d'entretien et la moins coûteuse tout en étant la plus efficace. 
La noue a pour but de stocker/infiltrer les eaux de ruissellement de voiries, chemins piétonniers, parkings, etc.
On les retrouve très souvent en bords de route, ou de piste cyclable. Elles peuvent aussi se situer dans des quartiers plutôt résidentiels ou servir de délimitations dans les parkings. 
Les noues sont les techniques alternatives les plus simples qui existent. Elles se prêtent tout à fait à des aménagements plutôt esthétiques, avec des plantations de préférence locales.
Localisation : bordures de voiries, bordures de pistes cyclables, parkings, ZAC, lotissements, maisons individuelles, bordures de trottoirs, zones industrielles, etc.
Type de fonction hydraulique : infiltration, rétention 
Autre(s) fonction(s) : esthétique et aspect paysager, biodiversité, abattement de la pollution chronique, réduction d'îlots de chaleur urbain, etc.

Espaces temporairement inondables 

 
Définition :
Espace vert multifonctionnel selon les conditions météorologiques : une fonction récréative en temps sec et une fonction hydraulique en temps de pluie. Ces zones peuvent être aménagées de façon esthétique pour bien s’intégrer dans le paysage. Ils contribuent à l'embellissement et au retour de la nature en ville. 
Il sera utile d'associer ces zones inondables à des panneaux informatifs afin de sensibiliser la population à la multifonction de l'ouvrage afin que la population ne soit pas surprise par la présence de l'eau dans ces zones-là.Un parc par exemple peut servir de zone temporairement inondable.  
Localisation : parcs, près des espaces imperméabilisés, à côté de gares, zones industrielles, parkings, etc.
Type de fonction hydraulique : rétention temporaire, infiltration 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, espaces verts, réduction d'îlots de chaleur urbains, etc.

Bassins 

 
Définition :
Bassin servant à récupérer les eaux de pluie. Il peut être destiné à stocker l'eau de façon temporaire auquel cas il a une fonction de rétention, ou alors destiné à être à sec et faciliter l'infiltration auquel cas, il s'agit d'un bassin d'infiltration.
Ces bassins peuvent être végétalisés avec des roselières ou d'autres plantes aquatiques sélectionnées et ont une fonction paysagère certaine. Les plantes présentes dans les bassins peuvent avoir une fonction de phyto-épuration des eaux pluviales.
Localisation : ZAC, lotissements, quartiers résidentiels, à côté des voiries, centre commerciaux, centre-ville, etc.
Type de fonction hydrauliqueinfiltration, rétention, rétention temporaire 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, espaces verts, réduction d'îlots de chaleur urbains, etc.

Les arbres de pluie

 
Définition :
Un arbre de pluie peut réduire le volume de ruissellement de la manière suivante :
  • L'évapotranspiration : les arbres puisent de grandes quantités d’eau dans le sol pour l’utiliser pour la photosynthèse. L’eau est ensuite relâchée dans l’atmosphère sous forme de vapeur par la canopée de l’arbre.
  • L’interception : le feuillage, les arbres et le tronc interceptent et absorbent une partie de la précipitation, réduisant la quantité d’eau qui atteint le sol, retardant et diminuant le volume du débit de pointe.
  • La réduction de l’érosion : la canopée des arbres diminue le volume et la vitesse de chute diminuant ainsi l’impact de la chute de pluie sur le sol
  • L’infiltration : la croissance des racines et la décomposition dans le sol augmentent la capacité d’infiltration du sol.
  • La phytoremédiation : avec l’eau, les arbres absorbent depuis le sol des quantités infimes de produits chimiques nocifs comprenant des métaux, des composés organiques, des carburants et des solvants. Au sein de l’arbre, ces produits chimiques peuvent être transformés en des substances moins nocives, utilisées alors comme nutriments et/ou stockées dans les racines, les tiges et les feuilles.
 

L’eau peut être acheminée par ruissellement (sur le sol, ou via réseau de drainage, ou au niveau du point de chute de l’eau) jusqu’à l’arbre et alimente l’arbre par infiltration. Les fosses d’arbres agissent alors comme de mini-réservoirs locaux absorbant l’eau pluviale.

On distingue les systèmes de gestion des averses, des systèmes par ruissellements, systèmes par drainage.

Attention, le choix de l’espèce doit se faire en fonction de l’adaptation de l’arbre au milieu et aux conditions du site qui doivent être révélées lors de l’étude du site. Ensuite, les attentes esthétiques des plantations doivent être prises en compte dans la sélection de l’essence. On veillera à prendre en compte : les dimensions souhaitées à l’âge adulte, la rapidité de croissance et la longévité de l’arbre, le type de feuillage recherché (persistant ou non, couleur, type et forme, densité), etc.

Localisation : ZAC, lotissements, quartiers résidentiels, à côté des voiries, centre commerciaux, centre-ville, places, etc.
Type de fonction hydrauliqueinfiltration, rétention, rétention temporaire 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, espaces verts, réduction d'îlots de chaleur urbains, etc.

L'arasement de bordures

 
Définition :
Plus qu'une technique alternative, il s'agit d'une méthode très simple qui vise à faciliter le cheminement de l'eau pluviale sur l'espace public et d'éviter à l'eau pluviale de ruisseler sur les surfaces imperméabilisées (et donc de se polluer) et le long des bordures bétonnées.  
Cette méthode consiste donc à éliminer les bordures en béton au niveau des espaces verts, et autres bandes enherbées, afin de laisser l'eau pluviale s'infiltrer plus facilement dans les espaces verts. 
Cela permet aussi de maîtriser les coûts d'aménagement!
Dans les cas où il serait nécessaire de placer des bordures, il est possible de mettre des bordures en bois placées à intervalles réguliers, de sorte que l'eau pluviale puisse quand même s'épancher dans les espaces verts (cf. photos). 
Localisation : ZAC, lotissements, quartiers résidentiels, à côté des voiries, centre commerciaux, centre-ville, places, etc.
Type de fonction hydraulique : faciliter l'infiltration 
Autre(s) fonction(s) : esthétique, alimentation des espaces verts, arrosage naturel, etc.